C’est le nombre de foyers qui seront soumis à l’impôt sur le revenu en 2012, alors qu’ils ne l’étaient pas en 2011.

Malgré tous les grands dieux jurés par le gouvernement qu’il n’y aurait aucune hausse d’impôts consécutives aux différents plans de rigueur, 2012, année hystérique, verra une hausse généralisée de l’impôt sur le revenu.

En effet, en ayant décidé la désindexation du barême de l’impôt sur le revenu par rapport à l’inflation, lors du plan de rigueur de novembre 2011, pour les exercices 2012 et 2013, le gouvernement provoque le changement mécanique de tranche pour un certain nombre de foyers fiscaux, quand d’autres, jusque-là non-imposables, le deviendront tout aussi mécaniquement.

En effet, alors que les salaires augmentent en moyenne de 3% par an, pour suivre l’inflation (de 2,1% en 2011), le barême de l’impôt sur le revenu ne le prendra plus en compte. Cette hausse d’impôt déguisée en gel du barême va permettre à l’Etat de récupérer 1,7 milliard d’€ (quand la hausse de la TVA de 5,5% à 7% en ramène 1,8 milliard), mais surtout être supportée par les plus modestes.

Ainsi comme le montre Le Parisien dans son édition du 6 Février 2012, lorsque pour un célibataire ayant gagné 17 357€ en 2011 la hausse correspondra à une augmentation de 12,57%, elle ne représentera qu’une augmentation de 1,17% pour un couple sans enfant ayant gagné 204 200€ sur la même période. N’était-ce pas Fillon, qui la semaine dernière disait encore dans “Des Paroles et des Actes”, ne plus tolérer que le gouvernement soit assimilé à un gouvernement favorisant les plus riches ?

Pour ce qui du Président-pas-encore-candidat, qui déclarait le 29 janvier dernier, que toute hausse d’impôt était exclue, préfèrons ce dessin de Gros publié dans Marianne* dans lequel il déclare “J’ai dis que je serai le Président du pouvoir d’achat... Je n’ai jamais dit qu’il allait augmenter”.

*Marianne n°772 du 4 au 10 Février 2012

Sources : Le Parisien/Aujourd'hui du 6 Février 2012 ; Le Nouvel Obs.fr ; Canal+