10 février 2012

"je ne vois pas comment un centriste peut voter pour Nicolas Sarkozy"

Suite au dernier épisode en date de la dérive droitière de Nicolas Sarkozy*, Philippe Douste-Blazy, cofondateur de l'UMP dénonce ce "tournant majeur dans la campagne". Pour Douste-Blazy, "Nicolas Sarkozy a décidé d'être à droite toute, de représenter cette droite pure et dure, cette droite réactionnaire". Dans un entretien à France2, ce vendredi 10 Février, il déclare ainsi "Avec un positionnement comme celui-là, je ne vois pas comment un centriste, un humaniste, un démocrate social peut voter pour Nicolas Sarkozy. C'est aux... [Lire la suite]
05 janvier 2012

"Sarkozy a légitimé les propositions du FN"

Dans un entretien accordé aux Inrockuptibles cette semaine, Jean-Marie Le Pen déclare ceci : "C'est évident qu'il a légitimé nos propositions. (...) Lorsque, dans son discours de Grenoble, en 2010, il fait le lien entre immigration et délinquance, il nous soulage des accusations qui étaient portées contre nous". Et qui dit merci au Président pour son aide sans égal dans son entreprise de dédiabolisation du FN ? C'est Marine, la fille de son père, dont le parti n'a jamais connu autant d'adhérents (seuil de 50000 atteint) et... [Lire la suite]
Posté par Mathias Lahire G à 17:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 décembre 2011

"Si on perd le triple A, je suis mort"

Cette phrase lâchée en privé par Sarkozy après la nouvelle menace de S&P, montre bien l'obsession actuelle du Président-candidat, qui lui fait dire oui à tout ce que peut demander Angela Merkel. L'objectif n'est pas que la sortie de crise. Qui a soufflé "vivement qu'on le perde ?"   source : Lemonde.fr  
04 décembre 2011

Patrick Besson xénophobe ordinaire

Si tristement ordinaire, Patrick Besson. Il est une grosse caisse, au son grave d'un chauvinisme indécrottabe. Comment s'étonner qu'il résonne comme un tambour quand les médias se font les relais de la xénophobie ambiante depuis le lancement officieux de la campagne présidentielle ? Tout le monde semble parti à la chasse à la Marine et à ses électeurs charmés par le binaire effrayant de ses slogans. De dérapages en obsession Guéant dégoupille et veut virer tout ce qui ressemblerait de près ou de loin à un étranger, un œil sur les... [Lire la suite]